Après 17 ans de présence en centre ville de Creil, la librairie Entre les lignes va malheureusement fermer ses portes le 4 juillet au soir. La librairie de Chantilly reste ouverte et continuera à vous servir.

Si vous souhaitez venir retirer une commande à Creil, merci de bien vouloir ne choisir que les livres en stock (points verts).

Un grand merci à tous nos clients pour votre fidélité tout au long de ces années.

Conseils de lecture

Ecouter le noir / nouvelles

ABEL Barbara GIEBEL Karine HUG Nathalie SCALESE Laurent DILLARD François-Xavier

Belfond

par (Libraire)
5 mai 2020

Tendez l'oreille !

13 auteurs du roman noir ont imaginé des nouvelles autour de « l’Audition. » sous différentes formes dans le recueil « Ecouter le Noir » chez Belfond. Tout un art : tension, atmosphère, personnages et chute, les émotions fortes sont au rendez-vous.Chaque bruit ou silence évoque le danger. Courtes, mais efficaces !


La dame de l'Orient-Express

Ashford, Lindsay Jayne

Archipel

22,00
par (Libraire)
27 avril 2020

So British !

Agatha Christie vient de divorcer et son ex-mari va se remarier. Déprimée, elle décide de partir. Elle prend l'Orient-Express, en route pour Bagdad ! Lindsay Ashford brode, à partir de faits réels des intrigues , mésaventures, amitiés, amours avec dans le rôle principal Agatha Christie. Passionnant !


Et les vivants autour
19,00
par (Libraire)
27 avril 2020

Terrible !

Voilà quatre ans que Jeanne est dans le coma. C'est un drame familial qui se joue sous nos yeux. Le docteur qui s'occupe de Jeanne, réunit la famille pour annoncer l'inconcevable.Un tsunami est arrivé. Le cercle familial va exploser , chaque membre a quelque chose à cacher et à se reprocher.Le suspense vous tient du début à la fin.Thriller psychologique impeccable !


L'officier de fortune, roman
15,00
par (Libraire)
22 avril 2020

François, désormais militaire à la retraite, à servi toute sa vie dans l’armée coloniale. Il en a franchi tous les échelons avec des hauts et des bas, a voyagé dans tous les pays, du Maroc au Tonkin, du Laos à la Martinique, jusqu’en Nouvelle Calédonie. Il a traversé guerres et conflits. Il vient d’un monde qui a disparu avec les dernières colonies. Seul, veuf, il ne s’est de toute façon jamais entendu avec sa femme, Yvonne, ne voit plus ses fils, Francis et Jean, qu’elle a monté contre lui. Il ne les a pas vu grandir, étant toujours aux 4 coins du globe. Pas plus qu’il n’a vu grandir son troisième fils, qu’il a eu avec sa maitresse, Jeanne, l’amour de sa vie ; à la mort de sa femme, il renoue le contact avec celle-ci, qu’il n’a pas vu depuis 15 ans. Alors qu’ils s’apprêtent à emménager ensemble dans la maison de son enfance, en Normandie, aura-t-il enfin le droit au « bonheur », ou à cette douce intimité qu’il lui a manqué toute sa vie ?


L'enfant de février
23,00
par (Libraire)
21 avril 2020

Glasgow dans les années 70. Pluvieuse et glaciale. Une enquête qui prend son temps, à coup de bières, wiskeys, et de thés pour se réchauffer.

L’inspecteur Harry McCoy et de son adjoint Wattie, leur chef Murray, enquêtent sur le meurtre d’un jeune joueur de foot, Charlie Jackson, mutilé et exécuté, sur le point d’épouser Elaine, la fille d’un gros trafiquant de drogue Jake Scobie. Un suspect est bientôt identifié, mais il reste introuvable. Son mode opératoire, les indices qu’il laisse derrière lui, indiquent qu’il n’a aucune limite ou a peut-être pété les plombs. Si le mobile est vite découvert (il est obsédé par Elaine), le suicide d’un SDF et le meurtre d’un autre flic respecté dans le milieu, vont mettre McCoy sur les causes de ces assassinats. A côté de l’enquête, le personnage de McCoy en flic nageant entre 2 eaux, côté flic et côté voyou, est absolument magistral. Et la ligne rouge parfois franchie. La relation qu’il a avec son supérieur Murray est inédite (on comprend que Murray et sa femme sont famille d’accueil pour jeunes en difficulté et qu’il a probablement élevé McCoy). Bref, des personnages récurrents qui ont un bel avenir devant eux.
L’auteur a l’art de rendre vivant l’univers des commissariats, avec un fourmillement de détails qui révèlent le quotidien des flics, (ce que l’on dit et ce que l’on fait sans s’en rendre compte) et qui, s’ils ne font pas avancer l’enquête, rendent l’histoire si crédible, si humainement crédible, et créent une ambiance très film « noir et blanc ». Des dialogues savoureux.