Après 17 ans de présence en centre ville de Creil, la librairie Entre les lignes va malheureusement fermer ses portes le 4 juillet au soir. La librairie de Chantilly reste ouverte et continuera à vous servir.

Si vous souhaitez venir retirer une commande à Creil, merci de bien vouloir ne choisir que les livres en stock (points verts).

Un grand merci à tous nos clients pour votre fidélité tout au long de ces années.

Conseils de lecture

1, Sapiens, La naissance de l'humanité

La naissance de l'humanité

1

Albin Michel

par (Libraire)
16 novembre 2020

Cette BD monumentale relate la naissance de l’humanité. Ce moment de l’histoire où l’être humain, animal insignifiant parmi d’autres, devient Sapiens et acquiert des capacités telles qu’il atteint très vite le sommet de la chaine alimentaire. Devenu le roi du monde, Sapiens va le conquérir, le transformer, pour mieux le détruire … ?
Ce récit passionnant, plein d’humour, nous emmène jusqu’à la Révolution agricole. Concise, très claire, la BD est accessible aux plus jeunes (ados).


Balèze, Une histoire américaine

Une histoire américaine

Kiese Laymon

Les Escales

20,90
par (Libraire)
15 novembre 2020

USA

Les mémoires de Kiese Laymon,écrivain noir américain, professeur à l'Université du Mississipi et éditeur. Ses mémoires de 2018, Heavy , traitent de sa relation difficile avec sa mère - qui lui a inculqué l'amour de la lecture et de la discipline et des compétences en écriture, mais qui était dans une relation abusive et vivait avec très peu d'argent, elle battait Laymon avec la justification qu'il devait être assez dur pour un monde blanc qui le traiterait encore plus durement - ainsi que ses relations malsaines subséquentes avec la nourriture (malbouffe ) et aussi son rapport aux jeux d'argent.
Comme un entomologiste, Kiese nous montre de l’intérieur le racisme des blancs américains contre les noirs, mais aussi toutes les minorités ; de même Kiese démontre que les enfants noirs US, nés dans une famille noire, se comportent vis-à-vis des blancs en fonction de cette violence raciste qui est ancré dans la société US. « mon père voulait surtout que je comprenne que « la terreur » commune à tout Américain n’était rien comparée à la terreur raciale et sexuelle qui contrôlait et déformait les corps de notre famille «
Style : des envolées stylistiques très américaines, parfois à la Steinbeck ou à la Paul Bowles, mais avec un rythme noir, fréquemment jazzy . Une belle réussite ;


Ce genre de petites choses

Keegan, Claire

Sabine Wespieser Éditeur

15,00
par (Libraire)
11 novembre 2020

Une lueur d'espoir, un conte de Noël ?

A quelques jours de Noël, Bill Furlong s’empresse de livrer ses derniers clients. Marchand de charbon et de bois prospère, il est également le père de famille attentionné et heureux de 4 filles qu’il voit grandir avec affection. Il revient de loin, pourtant, Bill Furlong, dans cette Irlande des années 80. Fils d’une domestique de 15 ans, il n’a jamais connu son père, a enduré moqueries et injures dans un pays catholique étriqué et enclin aux ragots. Il sait ce qu’il doit à Mrs Wilson, la veuve qui employait sa mère et s’est occupée de lui quand celle-ci est morte brutalement lorsqu’il avait 12 ans. Depuis, il a poursuivi son chemin, travaillant sans répit. Quand il livre son bois au couvent du Bon Pasteur, il aperçoit à plusieurs reprises des jeunes filles pieds nus, crasseuses et hagardes. Il se murmure que ce sont là de pauvres filles, mères célibataires, exploitées par les religieuses pour des travaux de blanchisserie. Ces visions qui le renvoient à son enfance misérable, ne le laissent pas indifférent, lui qui vient en aide discrètement à ceux qui en ont besoin. Malgré l’avis de sa femme, il n’écoute que son cœur, passant outre les commérages, les réflexions désobligeantes qu’il entend déjà, et recueille l’une de ces jeunes filles… L’auteur décrit par petites touches le portrait d’un homme bien décidé à se regarder en face, mais souligne aussi celui d’une société mesquine, figée, qui fustige les plus faibles aux motifs de principes moraux et religieux, qui va à la messe mais n’a aucune bienveillance envers son prochain.


Gran Balan
par (Libraire)
11 novembre 2020

Flamboyant.

Christiane Taubira se lance dans le roman, et c’est sous forme de pamphlet qu’elle nous présente la situation actuelle de la Guyane, sa terre natale. A travers des personnages touchants, c’est toute l’histoire de la Guyane qui défile, de Cayenne, de la forêt et de la mer. C’est l’histoire de la rencontre improbable de trois continents, l’Amérique du sud, l’Afrique et l’Europe.
Ce sont ses origines mêlées, l’esclavage, le bagne et les nègres marrons, les populations indigènes et les explorateurs, les colons, et maintenant les entreprises internationales qui s’y installent.
Dans une langue flamboyante que l’auteur perle de mots créoles ou amérindiens (on ne sait pas), l’auteure dénonce le racisme permanent, l’absence d’avenir pour les jeunes guyanais, la justice et l’injustice de deux mondes, blanc et indigène qui ne se comprennent pas. C’est surtout une splendide louange aux femmes guyanaises, des femmes-courages qui portent le monde.


Metropolis, la dernière aventure de Bernie Gunther

la dernière aventure de Bernie Gunther

Seuil

22,00
par (Libraire)
11 novembre 2020

Bernie Gunther mène l'enquête.

,

Berlin en 1928 : quatre prostituées sont assassinées dans le même quartier. Personne n’a rien vu.
Or l’une de ces prostituées est la fille d’un caïd de la pègre,Bernie est déterminé à traquer le coupable.
Nous connaissons bien le héros de la « Trilogie berlinoise », un flic désabusé, vétéran de la première guerre mondiale, motivé pour sa passion de l’alcool et des femmes. Un flic profondément antinazi, qui mène ses enquêtes en solitaire, mais qui nous parle de la montée effrayante du nazisme à Berlin . Et c’est un grand plaisir de retrouver ce personnage qui mène l’enquête, un peu comme on retrouve un bon Chandler, une valeur sûre.
Sauf que ce Metropolis est d’une toute autre trempe ! En effet, une fois le décor historique planté, et les scènes de crime délimitées, Philip Kerr nous entraîne dans les bas-fonds d’un Berlin nocturne, de bars interlopes où règne la pègre, le roman s’emballe ! Car le temps est compté : d’autres meurtres ont lieu.
C’est un grand Philip KERR : bravo !